Le Grand Paris (Roman) Aurélien Bellanger, Gallimard 2016.

En tant qu’urbaniste de surcroît provincial, il aurait été dommage de passer à côté du dernier roman d’Aurélien Bellanger (je l’ai fait pour le second, après avoir pourtant particulièrement apprécié « La théorie de l’information », Gallimard 2012). Je fais en plus partie de ces professionnels localisés « en région », contraints à de fréquents voyages vers la capitale, dont le meilleur moment reste l’embarquement dans le train… du retour.

Bref. Buvant un chocolat chaud en milieu d’après-midi à la table d’un Mac Donald paisiblement localisé au bord d’un boulevard de Cergy Préfecture, j’ai eu l’occasion de repenser à ces territoires aimablement décrits, redécouverts à l’occasion de ce roman. Ces terres reculées du 9-3 qui sont (seraient ?) l’avenir d’un Paris prenant subitement conscience de l’échelle nécessaire à une métropole du vingt et unième siècle. D’un Paris qui se déciderait enfin à devenir Grand.

Le récit aussi imaginaire que parfaitement documenté de la naissance d’une idée au sein du cabinet présidentiel de Sark.. non du « Prince », pardon. L’idée du Grand Paris, auréolé de la mobilisation de toutes les grandes signatures que compte l’architecture du siècle (trop souvent issues du précédent), aux images parfaitement décoratives et ne servant essentiellement qu’à dissimuler la réalité de l’idée : le Grand Paris est un projet d’infrastructure dédié à faire exploser l’armature institutionnelle de l’île-de-France, et à en perturber les équilibres politiques.

« La mort de Dieu elle-même, l’élément fondateur, la catastrophe initiale, le drame indépassable de la modernité, avait maintenant quelque chose de factice : les civilisations qui développaient des parkings souterrains n’avaient plus besoin de Dieu, mais seulement d’issues de secours praticables et d’extracteurs d’air puissants. »

Ce récit est à la fois une plongée stupéfiante dans les bas-fonds de l’Elysée et un regard neuf posé sur le vaste territoire qu’est Paris, au-delà de son périphérique.  Un retournement du regard qui ne se limite pas à la géographie des lieux ou la trame de la ville, mais pose aussi un propos nuancé mais profond sur les dynamiques sociales qui agitent le Grand Paris. La vie d’un homme aussi, découvrant la Politique, la Ville et lui-même. Et même un peu plus.

A lire au plus vite.